Qui somme-nous? | Contacts | S'abonner à la revue | S'abooner à la newsletter du site | Plan du site

LECTURE : Les sentiers de l’utopie

Le livre « Les Sentiers de l’utopie », paru il y a deux ans, vient d’être réédité en poche (La Découverte/Poche, 387 pages). Samuel Holder nous en fait une présentation dans sa lettre mensuelle de mars 2013 sur le site http://culture.revolution.free.fr

Pendant sept mois, Isabelle Fremeaux et John Jordan sont partis à la rencontre de collectifs vivant dans différents pays en Europe selon d’autres règles que celles de la concurrence entre individus, du formatage des esprits pour être compétitifs ou des procédures de production rentables. Leur livre « Les Sentiers de l’utopie », paru il y a deux ans, vient d’être réédité en poche (La Découverte/Poche, 387 pages). Les auteurs n’imaginaient pas qu’il y eût autant d’expériences variées dans la vieille Europe d’aujourd’hui avec assez souvent des connexions entre elles, ce qui est aussi une surprise pour le lecteur. Le voyage commence près de Londres avec l’installation illégale et mouvementée d’un « Camp Climat » aux abords de l’aéroport d’Heathrow pour empêcher la construction d’une nouvelle piste. A Merida en Espagne, ils découvrent une école libertaire s’inspirant des principes du pédagogue anarchiste Francisco Ferrer exécuté par la réaction en 1909. Plusieurs communautés en Angleterre, en Catalogne, dans les Cévennes ou près de Forcalquier (« Longo Maï ») se sont centrées sur des activités artisanales, agricoles ou artistiques respectueuses des milieux investis et parvenant souvent à leur redonner une nouvelle vie, y compris avec leurs voisins. Selon les cas, l’ouverture sur le monde et ses luttes est plus ou moins importante et les modalités de prise de décisions différentes même si le but est toujours d’esquiver tout autoritarisme ou hiérarchisation excessive.

Un chapitre particulièrement prenant concerne la lutte de travailleurs en Serbie qui ont été licenciés et ont réussi à prendre le contrôle de leur usine pharmaceutique. En Allemagne, sur une ancienne base de la Stasi, un collectif envisage l’amour et la sexualité selon des pratiques déroutantes mais où la confiance et le respect des autres sont au cœur de leur démarche. Le livre se termine par un séjour à Christiania, une partie de Copenhague entièrement autogérée par ses habitants. Isabelle et John ont de fortes convictions anarchistes. Ils savent communiquer leur enthousiasme mais avec un regard critique, en pointant grâce aux échanges avec les protagonistes de ces expériences les limites et les faiblesses auxquelles elles sont confrontées. Ce livre très vivant renforce la conviction qu’un autre avenir est possible puisque dès maintenant on peut ici ou là en entrevoir le visage. Pour accompagner ce livre, les auteurs ont réalisé un film qui n’est pas un documentaire mais transmet des émotions, des sentiments, des images d’un possible futur. Après la lecture du livre, on peut voir ce film en ligne ainsi qu’une interview des auteurs.

frutopia from ZONES on Vimeo.

johnisa from ZONES on Vimeo.

 
A propos de Carré Rouge
A quelques encablures du XXIe siècle, le système fondé sur la propriété privée des moyens de production et l’Etat bourgeois menace l’humanité entière de barbarie. La mondialisation-globalisation de la production et des échanges, la financiarisation des investissements, l’âpreté de la concurrence (...)
En savoir plus »