Qui somme-nous? | Contacts | S'abonner à la revue | S'abooner à la newsletter du site | Plan du site

La preuve par Fukushima : pas de nucléaire sans catastrophe

Nous relayons ci-dessous (en format PDF) le texte écrit par Daniel Tanuro le 14 mars 2011.

Qualifiant d’inacceptable le risque nucléaire, il affirme :

"Il est très important de poser que ce risque est inacceptable parce qu’il est d’origine humaine,
qu’il est évitable, et qu’il est le résultat de décisions d’investissement prises par des cercles
restreints, en fonction de leurs profits, sans véritable consultation démocratique des
populations. Ecrire que « les accidents (sic) nucléaires au Japon sont loin d’avoir fait autant de
victimes que le tsunami », comme le fait par exemple l’édito du Soir (14 mars), revient à
escamoter la différence qualitative entre une catastrophe naturelle inévitable et une catastrophe
technologique parfaitement évitable. Ajouter que « à l’instar de tout processus industriel
complexe, la production d’énergie à partir de l’atome comporte une part importante de risque »
(idem) revient à escamoter en plus la spécificité du risque nucléaire, qui consiste notamment en
ceci que cette technologie a le potentiel de rayer l’espèce humaine de la Terre. Il faut traquer
sans relâche les propos de ce genre, qui traduisent les pressions colossales exercées à tous
les niveaux par le lobby de l’atome."

 
A propos de Carré Rouge
A quelques encablures du XXIe siècle, le système fondé sur la propriété privée des moyens de production et l’Etat bourgeois menace l’humanité entière de barbarie. La mondialisation-globalisation de la production et des échanges, la financiarisation des investissements, l’âpreté de la concurrence (...)
En savoir plus »